Nostalgie

L’herbe avait repris sa couleur

C’était au retour des oies blanches

La saison des pommiers en fleurs

T’en souviens-tu c’était dimanche

Te souviens-tu de ce verger

Du doux parfum de la campagne

De cette vue privilégiée

Sur le grand lac des Deux-Montagnes

As-tu gardé le souvenir

De nos vingt doigts entremêlés

Du baiser qui t’a fait fleurir

Comme tulipe au mois de Mai

Te souviens-tu de nos quinze ans

Il y a si longtemps déjà

De ce mystérieux sentiment

Au premier jour du cœur qui bat

Dis-moi la vie t’a-t-elle choyée

As-tu connu le grand amour

Celui dont nous avions rêvé

Aurais-tu oublié ce jour

Quand on connaît des jours très beaux

D’autres s’en vont s’évanouir

Car le bonheur est un bourreau

Sur l’échafaud des souvenirs

Mais sous les cieux où j’ai vieilli

La beauté est celle d’hier

On puise dans la nostalgie

L’inspiration des derniers vers

©Gilles St-Onge 2019

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.