Espoirs et remords

T’aurais-je laissé filer

Sans même m’en rendre compte

Ou dois-je t’attendre encore

Contre l’affront du temps

Me faut-il t’espérer

Est-ce la fin du conte

Reste-t-il un trésor

Dans ce monde outrageant

Les muses épuisées

Par tous ceux qui racontent

Ont quitté le décor

D’un théâtre navrant

Où des mots magnifiés

Portent pourtant la honte

De ce terrible écart

De la plume au vivant

T’aurais-je trop chantée

T’aurais-je laissée pour compte

Obnubilé par l’art

D’un quatrain complaisant

Peut-être pas assez

Ma mémoire me confronte

Ai-je donné au confort

Droit d’être négligent

Les rendez-vous ratés

De plus en plus remontent

Comme font les remords

Des anciens combattants

Aussi entre-mêlés

Que le fruit de la tonte

La laine des veaux d’or

qui bernent les croyants

T’ai-je tant négligée

Comment faire le décompte

J’ai cru faire l’effort

Et tenté d’être aimant

Te verrais-je passer

Toi celle que j’escompte

Dis-moi que quelque part

Dis-moi que tu m’attends

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.