La gourmandise

Au Panthéon de la bêtise

Un cannibale qui se mange

Une faim sans fin le démange

Facture de sa gourmandise

 

Il se grignote peu à peu

Le comte Dracula se suce

À chaque repas un peu plus

Plus il en mange plus il en veut

 

Oui l’appétit vient en mangeant

C’est un adage bien conçu

Le gourmand n’est jamais repu

Il savoure ses derniers moments

 

Il faut avoir perdu l’esprit

Pour se comporter de la sorte

Son vice vers la mort l’emporte

Le plaisir a toujours un prix

 

Un cannibale qui se mange

Est-ce la pire des folies

Et cette planète que tu détruis

Y’a-t-il vraiment une différence 

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.