Debout !

Je sais nous sommes fatigués

Je sais que le labeur est dur

Je connais nos obligations

Je sais qu’il y a les canons

Je sais nous craignons ces ordures

Je sais je sais je sais je sais

Mais si ce n’est pas nous qui d’autre

Qui le fera pour nos enfants

Abandonnerons-nous sans combattre

Face à ces monstres à abattre

Allons-nous leur laisser le champ

Et cette terre qui est la nôtre

Tu t’imagines avoir à perdre

Plus que tu ne possèdes vraiment

Ils ne nous laissent que les miettes

Les restants de cette planète

Dont ils abusent impunément

Croyant que nous sommes sans vertèbres

Il faut savoir le reconnaître

Admettre qu’ils font du bon boulot

Cultivant pour nous diviser

La peur l’argent et la piété

Dont ils se font les héros

Dans les mirages du paraître

Les races les classes les religions

Tout est bien utile pour eux

Tout ce qui peut nous rendre aveugle

Toutes les diversions qui beuglent

Tout ce qui peut mettre le feu

Sert de barreaux à nos prisons

Tant pis pour celui qui résiste

Il sera traîné dans la boue

Ou fusillé selon le lieu

Ou condamné au nom de Dieu

Ou enfermé avec les fous

La vie est rude aux utopistes

Nous sommes engraissés aux mensonges

Allergiques à la vérité

Vitaminés à l’illusion

Dopés par des incantations

Porteurs d’eau et dépossédés

Des cueilleurs de fausses oronges

Ils nous inventent des frontières

Pour nous protéger de nous-mêmes

De la propension naturelle

À devenir des criminels

Quand la loi devient un blasphème

Et leur justice notre misère

Chaque pays est une case

Au jeu des serpents et échelles

Il leur faut bien pour faire marcher

L’économie faire rêver

Mais un barreau manque à l’échelle

Chaque fois le petit s’écrase

Tu peux me dire que je suis bête

Nous sommes tous du même troupeau

Guidé par les chiens de nos maîtres

Petits bourgeois ou contremaîtres

Avocats juges ou bien bourreaux

Les prêts à tout pour un entête

Il faut jouer le tout pour le tout

Prendre la plume la rue les armes

Refuser la fatalité

Refuser de s’agenouiller

Se dresser devant les gendarmes

Reprendre ce qui est à nous

C’est l’heure de se tenir debout !

Gilles St-Onge

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Une réflexion sur “Debout !”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.