Rester fidèle

Depuis déjà des lunes

Dans les soirs où j’avance

Où j’avale en silence

Des miettes d’amertume

Je fouille mon errance

Comme d’autres l’infortune

Des chemins de fortune

Qui couraient dans l’enfance

Cherchant sous chaque pierre

Les rires et les regrets

Dont les hier sont faits

Pour parer l’ordinaire

Ployé sous les effets

Des saisons des revers

Je regarde en arrière

Vers celui que j’étais

La mer le vent la pluie

Érodent les rivages

Grugent les paysages

Comme le temps sur la vie

Le cœur et le visage

Mûrissent comme le fruit

Mais l’essence survit

Dessous l’apprentissage

Je ne suis pas de ceux

Que j’adulais jadis

Dont j’ai suivi la piste

En faisant de mon mieux

Ne serai pas artiste

Fidel ou Montesquieu

Mais porteur de leurs feux

Toujours idéaliste

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Une réflexion sur “Rester fidèle”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.