Plein la gueule

Je suis un désarmé

Un conscrit de retour

Un démobilisé

Un vieux compte à rebours

Je suis seul au café

Car on est toujours seul

Quand on a tout gâché

Quand on se sent si veule

Il n’y a plus de toi

Il n’y a plus de nous

Il ne reste que moi

L’air d’un vieux guenilloux

Tu me reviens sans cesse

Comme un refrain poison

Les souvenirs me pressent

Je n’entends que ton nom

Et je note en silence

Dans un cahier jauni

Les mots sans importance

Que je ne t’ai pas dit

Aucune candidate

Pour perdre la raison

J’ai ton cœur dans les pattes

À la moindre occasion

Je suis seul au café

Comme je suis toujours seul

Après t’avoir aimé

J’en ai pris plein la gueule

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

3 réflexions au sujet de “Plein la gueule”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.