Prière à Aphrodite

Oui, mon espace est vide
Vide comme la mer
Qui me mène à Cythère
Où les corps coïncident
Les temples insulaires
Des amants sont les guides
Aux chants des Néréides
Qui bénissent les galères

Aphrodite ô toi mère
D’une fleur de perséides
Qui assaille et trucide
Mon voyage libertaire
Toi qui veilles et suggères
Les rêves chrysalides
De ceux qui te vénèrent
Et dont l’âme trépide

Je mets sous ton égide
Mon espoir précaire
D’une histoire plus solide
Que l’acier ou le fer
S’il se peut que mes vers
Et ma plume intrépide
Portent un coup salutaire
Et qu’en elle ils valident
Ce que mon cœur profère
Sous ses peurs typhoïdes
De la souffrance amère

Déesse de naguère
Que l’époque intimide
Reviens sur cette terre
Sans toi bien trop aride
Reviens-nous et libère
Des angoisses perfides
Les amours en jachères

Gilles St-onge

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.