Septembre

Voilà septembre qui revient

Porteur du bagage d’hier

Retour en classe et faits divers

L’angoisse du lundi matin

Voilà septembre qui revient

Annonciateur de l’hiver

Comme un orage sur la mer

Que voit approcher le marin

Voilà septembre qui revient

Et avec lui le goût amer

Des petites peurs ordinaires

Dont sont jalonnés les chemins

Voilà septembre qui revient

Et j’ai quinze ans dans mes artères

Comme un conscrit qui part en guerre

Trop conscient de son destin

Voilà septembre qui revient

Et je retrouve mon désert

Les années ne nous changent guère

On cherche toujours une main.

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.