Fatalité

Dans le désert des hommes où naissent les miracles

Lointain dans l’horizon chacun est seul en somme

Tout au long du voyage le temps d’un trait d’union

On s’enivre de rhum d’opium ou de courage

Chacun à sa façon fugue ou pèlerinage

Tous des bêtes de somme un pas une rançon

 

Les routes mènent à Rome ou au vagabondage

Ou suivent le clairon le même décorum

Pour le même message le monde tourne en rond

Éternel métronome minuteur des passages

Clochard ou économe charnier ou sarcophage

Le même crématorium la même destination

 

Le temps tueur sans âge agit sans distinction

L’horloge anthropophage aura toujours raison

 

Dans le désert des hommes on passe sans raison

 

Gilles St-Onge

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.