Vengeance

Un de ces demains je ne serai plus

Et la part de moi qu’on appelle l’âme

S’en ira rejoindre soit la vérité

Soit le pieux mensonge de l’éternité

Un de ces demains je ne serai plus

Et pour quelques-uns ce sera les larmes

Car on pleure toujours la fatalité

Quand s’en vont les êtres par le sang liés

Un de ces demains je ne serai plus

Qu’endormi sous terre ou parti en flammes

Pour finir au pied d’une pierre gravée

D’un nom sans histoire sans leg à léguer

Un de ces demains je ne serai plus

Et je serai triste de mourir sans femme

Quand ma solitude ma veuve éplorée

Se trouvera seule je serai vengé

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

4 réflexions au sujet de “Vengeance”

  1. Oh la la ; quel final incroyable . En le lisant j’ai cru entendre ( vraiment dans ma tête ) le rire lointain de quelqu’un qui , regardant en face sa peine, la mordait pour ne pas la subir et reprendre vie et force. Les mots viennent parfois porter en nous des pêches surprenantes et miraculeuses. Merci pour ce poème émouvant.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.