À chacun ses hivers

La vie est ainsi faite

Que d’un novembre à l’autre

Malgré les certitudes

L’hiver nous inquiète

Pareil à la mésange

Sur les bras faméliques

D’un bouleau effeuillé

Que le nordet dérange

La question du jour

Est celle de demain

Des rigueurs à venir

Des écueils du parcours

Et pendant que l’oiseau

Se ronge les saisons

Les griffes agrippées

À chaque jour nouveau

Je cherche dans la neige

Les premières brindilles

Les premiers brins d’un nid

Que l’espérance agrège

Il y a pour le rêveur

Dans la blanche étendue

Froide et anxiogène

Des millions de couleurs

Que l’artiste saisit

Pour en faire un tableau

Une chanson bohème

Ou une symphonie

L’hiver pour le poète

Est une page vierge

Le journal du monde

Des extases secrètes

© Gilles St-Onge

image: Aquarelle d’ Édith Cubérés-Dutertre

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.