La flamme

Tu brillais dans la foule tel un feu de Bengale

Dans cette nuit parfaite où tu faisais escale

Où la lune jalouse cédait son piédestal

Comme elle le fait parfois pour l’aurore boréale

 

Et de tes mille feux l’étincelle vicieuse

Aux éclats assassins à l’intention douteuse

A rallumé le doute et cette tare honteuse

Les idées qui s’embrouillent et la langue boiteuse

 

Si ma bouche avait su comme plume chanter

Des couplets poétiques et des refrains rimés

Armé d’une musique à faire chavirer

J’aurais eu le courage enfin j’aurais osé

 

Si ma bouche avait su comme ma main écrire

Je t’aurais dit des mots pour te faire sourire

Et ouvrir tes pétales et te faire rougir

Au lever du soleil d’un matin à venir

 

Tant de vers dans ma tête et pas un qui ne naît

Je suis tombé enceint d’un espoir mort-né

Je suis piètre poète aphone et désarmé

Sans plume paravent je suis un sans-papiers

 

Je suis resté muet dans mon désert timide

Habitant les silences de ma frayeur livide

Tu seras le mirage d’un poème insipide

Belle fleur de cactus d’une oasis aride

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.