Vague à l’âme

                                                                             (À Brassens)

Les pupilles-étincelles

Scintillent dans le soir

Sur la mer troublante

Où les hommes se noient

Les sirènes mouches à feu

Appellent les regards

Et chargent les esprits

Des marins qui les voient

 

Dans les rêves salins

Fantasmes océaniques

Celui de toucher terre

Fait le guet à la proue

Les étoiles chantantes

Aux couleurs érotiques

Sont autant de rivages

À l’abri des remous

 

Voguant d’une île à l’autre

Chacun trouve son port

Le galion se déleste

Comme le veut la vie

Et d’amarre en amarre

Les chercheurs de trésors

Suivent chacun la carte

De leur amour promis

 

Devenu capitaine

D’avoir trop bourlingué

De promesses en tempêtes

Et de passages à gué

 

Sans âme à la vigie

Au compas du moment

Guidé par la Grande Ourse

Et l’étoile du nord

J’allais à la dérive

Au large des continents

Sur un rafiot craquant

Amputé de sabord

 

Flibustier philosophe

Sans haine et sans chagrin

Porté par les courants

Au gré des vents humides

Fatigué du voyage

Épuisé mais serein

Tel un rayon de lune

 Sur une vague de rides

 

Et battant pavillon

Des amours résignées

J’avais cessé d’entendre

Les musiques océanes

Quand au fond de la nuit

Un faisceau de beauté

Une voix sans pareille

 

Venue droit des abysses

Une nymphe de feu

S’était mise à chanter

Un poème oublié

« Heureux qui comme Ulysse »

 

Et je remis les voiles

Emportant mon arcanne

Vers la berge de toi

Gilles St-Onge

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

6 réflexions au sujet de “Vague à l’âme”

    1. Merci pour tous vos commentaires. J’apprécie chacun d’eux. J’ai hâte d’avoir un peu plus de temps pour aller lire vos propres poèmes. La poésie est très éclatée de nos jours et ceux qui l’apprécie encore dans ses formes plus classiques sont moins nombreux. C’est agréable de voir que d’autres poètes y trouvent toujours leur compte.

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.