Printemps tardif

L’hiver s’étend dans le printemps

Quand la froidure se faufile

Les neiges persistent dans l’avril

Et l’hirondelle prend son temps

 

Une triste saison s’étire

Quand se prolonge l’imminence

Que l’espoir cède à l’impatience

D’une prairie qui veut verdir

 

Et l’arbre retient ses bourgeons

Comme l’homme retient ses envies

Une parenthèse dans la vie

Un temps qui est toujours trop long

 

L’amour qui n’a pas abouti

Comme une passion qui vous ronge

Un désespoir qui se prolonge

Un jour qui ne voit que la nuit

 

Quand on attend de voir fleurir

Une tulipe printanière

La solitude est un hiver

Qui n’en finit plus de finir

 

© Gilles St-Onge 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

2 réflexions au sujet de “Printemps tardif”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.