Estuaire

Il y a cet endroit

Où le fleuve et la mer

Se donnent rendez-vous

À la croisée des eaux

Où sans savoir pourquoi

Sans savoir la manière

Et sans aucun remous

Elles sont dos à dos

 

Les courants se côtoient

Se frôlent à la frontière

Se nouent et se dénouent

Au sanctuaire des flots

Comme un voile de soie

Sur une tête en prière

La brume des matins doux

Abrille le tableau

 

Le St-Laurent se noie

L’eau douce est éphémère

L’océan est au bout

La mer est son tombeau

Sans regret dans la joie

Le fleuve rejoint sa mère

Que le soleil surtout

Aspire toujours plus haut

Elle tourne encore cette fois

Répétant le mystère

De la vie la grande roue

Qui fait ce monde si beau

 

Gilles St-Onge

Publié par

le poete insoumis

Gilles St-Onge : Né à Montréal en 1964. Poète autodidacte, prolétaire-syndicaliste, militant indépendantiste, diplômé en sciences humaines du collège Lionel-Groulx, il tient le blogue « Le poète insoumis » sur lequel il propose une poésie à la fois engagée, intimiste et critique.

2 réflexions au sujet de “Estuaire”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.